Les opérateurs des pompiers sont en grève

Les opérateurs des sapeurs-pompiers de Loire-Atlantique sont en grève depuis lundi 27 mai. Ils s’inquiètent pour leur avenir et réclament un changement de statut.

Par Fabienne Béranger

Lorsque vous composez le 18 ou le 112, ce sont eux qui vous répondent. Les opérateurs du centre d’appels d’urgence du SDIS 44, le Service Départemental d’Incendie et de secours de Loire-Atlantique sont en grève depuis lundi. 

Ces opérateurs ne sont pas des pompiers mais des agents techniques et administratifs territoriaux. Ils dépendent du conseil départemental de Loire-Atlantique, comme chaque centre d’appel du SDIS en France.

Selon le réglement régissant le fonctionnement des centres d’appel, ces opérateurs devraient à terme tous passer sapeurs-pompiers. 

« Ça fait 8 ou 10 ans que la bascule a commencé. Des départements ont été clairvoyants », explique Stéphane Lagroye, vice-président du SNSPP-PATS.

« Quand le département de Loire-Atlantique a recruté des PATS (des personnels administratifs et techniques spécialisés) pour faire le travail, c’était un peu hors-la-loi », poursuit celui qui a précédemment été sapeur-pompier de Paris.

Niveau salaire, les opérateurs sont payés « un peu mieux que les autres fonctionnaires, 180 à 250 euros supplémentaires par mois », certes, mais « c’est payé moins cher qu’un sapeur-pompier. Obtenir ce statut permettrait la reconnaissance de notre travail ».

« 95% ne passeront pas les tests »

Le problème c’est que pour obtenir le statut de sapeurs-pompiers, ces opérateurs devraient passer par un « détachement-intégration » nécessitant « des tests médicaux poussés » explique Stéphane Lagroye, « certains d’entre nous font ce métier d’opérateur depuis 30 ans, 95% ne passeront pas les tests », déplore Stéphane Lagroye.

Autre sujet d’inquiétude des opérateurs du SDIS 44, la réforme qui amènerait la mise en place d’une plate-forme commune.

« Depuis les attentats de 2015, la réforme du système d’alerte national a été accélérée », explique Stéphane Lagroye, « la réforme cache le projet de plate-forme commune étatique police-pompiers-gendarmerie​​​​​​, dans une volonté d’harmonisation ». Les opérateurs craignent de se retrouver exclus de ce nouveau système. 

Au SDIS 44, 38 opérateurs demandent leur intégration en tant que sapeur-pompier.

En Pays de la Loire, les 7 opérateurs du SDIS 49 sont tous passés sapeurs-pompiers. Un seul a fait le choix d’aller sur le terrain en intégrant un centre de secours.

En Mayenne et en Vendée, le changement de statut des opérateurs est en cours. En  Sarthe, tous sont sapeurs-pompiers professionnels.

Les opérateurs du SDIS 44 attendent désormais le 7 juin et la réunion avec Philippe Grosvalet, le président du conseil départemental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :