« Je n’ai rien contre eux, j’ai mal réagi »


Dans la nuit de vendredi à samedi, un Rennais de 33 ans a donné un coup de pied à un pompier et craché sur son collègue. Il a été condamné, ce mardi 2 juillet, à quatre mois de prison avec sursis.

 

Laissé en liberté après sa garde à vue ce week-end, un Rennais de 33 ans était jugé, ce mardi 2 juillet, en comparution immédiate, devant le tribunal correctionnel de Rennes, pour « violence sur un sapeur-pompier ».

Dans la nuit de vendredi à samedi, les secours sont intervenus boulevard de Verdun pour porter secours au trentenaire victime, selon sa compagne qui avait appelé le 17, d’une crise d’épilepsie.

1,2 g d’alcool

Sur place, les pompiers constatent que le jeune homme ne va pas bien et commencent à l’installer sur un brancard. À ce moment-là, l’homme qui avait 1,2 g d’alcool dans le sang, sort de ses gonds. Il se débat « de manière violente », donne un coup de pied dans la mâchoire d’un pompier et crache sur son collègue.

« J’ai peu de souvenirs, réagit le prévenu à l’audience. J’aurais jamais dû réagir comme cela. C’est un truc grave. Je m’excuse. »

« Les pompiers sont des gens bien intentionnés qui venaient vous porter secours », insiste le président. « Ils m’ont réveillé brusquement et sous l’effet de l’alcool, je suis méchant. Je n’ai rien contre eux, j’ai mal réagi », admet le jeune homme qui a une seule condamnation à son casier pour dégradation.

Obligation de soins et de travail

« Il traverse une période difficile en ce moment, plaide son avocate. Ses trois enfants ont été placés par les services sociaux, et il est sous le coup d’une procédure d’expulsion de son logement… »

Le tribunal l’a condamné à quatre mois de prison avec sursis et une mise à l’épreuve comprenant une obligation de soins et de travail. Il devra également indemniser les deux pompiers.

Par:

Nathalie Flochlay

Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :