Ces interventions qui ont marqué la vie de trois pompiers du Puy-de-Dôme


Dans le cadre du tournage de l’émission en ligne « Vues d’Auvergne », à la caserne de Riom, plusieurs sapeurs-pompiers du Puy-de-Dôme ont témoigné d’une intervention qui les a particulièrement marqué.

Ils sont trois. Tous pompiers dans le Puy-de-Dôme, ils sont quotidiennement au service des autres. Pour le meilleur et pour le pire. Éprouvés aux interventions dangereuses et difficiles, certaines d’entre elles laissent tout de même une trace indélébile dans leur manière de voir leur métier. Voici notamment trois témoignages.

Le caporal Damien Geneix, en civil lors des attentats de Strasbourg

Le Caporal Damien Geneix était en civil lors des attentats de Strasbourg

« J’étais en permission le 11 décembre dernier. Parti à Strasbourg avec deux amis – également pompiers dans l’Allier et le Cantal – nous étions en train de profiter de nos vacances en dégustant des produits locaux lorsque nous avons entendu une détonation. Au départ, nous n’avons pas directement fait le lien avec un possible attentat, c’était sûrement quelqu’un qui jouait avec des pétards. Puis, une deuxième rafale de déflagration est survenue et une personne est arrivée dans le marché en criant” Il y a des hommes au sol, c’est une fusillade?!”. Soudain, c’était la panique dans le marché.

On a compris que quelque chose de sérieux se produisait.

Nous avons néanmoins gardé notre sang-froid et avons premièrement aidé les commerçants à fermer leurs chalets. Étant donné que nous étions à environ 50 mètres des lieux du drame, nous nous sommes dirigés, à contre-courant de la foule et en civil, vers l’endroit où se trouvaient les victimes. Les forces de l’ordre et de secours n’étaient pas encore arrivées et nous avions face à nous cinq blessés, alors nous avons commencé à nous occuper d’eux en leur prodiguant les premiers secours. Lorsque les équipes médicales du SAMU de Strasbourg sont arrivées, nous ne cessions de répéter “Vous avez besoin de quelque chose??”, mais la tension était importante, alors nous les avons laissés s’occuper des victimes. En service ou non, au final, nous n’avons fait que notre devoir de sapeurs-pompier. »

Dans le Puy-de-Dôme, les pompiers interviennent toutes les 10 minutes et 30 secondes

Le cadre de santé première classe Danièle Diogon, en mission de secours après le séisme d’Haïti

Cadre de santé première classe, Danièle Diogon, volontaire pour une mission de secours après le séisme d’Haïti
« C’était un mois après le terrible séisme du 12 janvier 2010 à Haïti. Suite à l’ampleur des dégâts et le fait que de nombreux médecins et soignants étaient eux-mêmes décédés dans le séisme, plusieurs détachements de pompiers de plusieurs départements sont partis sur l’île pour apporter leur aide. Membre du SDIS du Puy-de-Dôme, je me suis moi-même porté volontaire et ai fait partie de la troisième relève. On ne peut pas imaginer ce que l’on a vu sur place. Tout était à terre, il y avait encore énormément de corps sous les décombres.

Lire la suite sur La Montagne

Témoignages recueillis par Florian Gallant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :