Dans le Pas-de-Calais, appeler les pompiers sans une véritable bonne raison peut vous coûter cher. En 2018, le conseil d’administration du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS 62) a décidé de facturer certaines interventions. La mesure est entrée en vigueur le 1er mai dernier, rapporte France 3 Hauts-de-France.

Avec ces facturations, les pompiers espèrent limiter les abus. Dans le Pas-de-Calais, ils ont constaté être de plus en plus souvent sollicités pour des défaillances de prestataires privés comme des pannes d’ascenseurs ou d’alarmes. « Les pompiers n’ont pas à assurer le service après-vente », explique l’état-major des hommes du feu du Pas-de-Calais à la chaîne locale. Et de déplorer également les nombreux appels téléphoniques qui donnent lieu à des déplacements coûteux pour de simples portes à ouvrir ou des animaux à récupérer ou évacuer.

Pour éviter ce genre de sollicitations, les pompiers peuvent donc facturer leurs interventions aussi bien aux particuliers, qu’aux collectivités ou aux entreprises. Il faut compter une centaine d’euros au minimum, mais la facture peut grimper en fonction de la distance à parcourir pour arriver sur les lieux, mais aussi en fonction des moyens matériels et humains mobilisés.

Gratuité lors d’interventions pour des risques réels

L’état-major du SDIS 62 promet toutefois que « la protection ne sera pas altérée » et que les interventions en lien avec la protection des biens, des individus et de l’environnement, de même que le secours d’urgence et la prévention des risques réels ne seront pas facturées. Et dans tous les cas, l’individu passant l’appel sera prévenu d’un éventuel caractère payant, précise la chaîne locale.

Cette facturation d’interventions n’est pas totalement inédite en France : une recommandation de la Cour des Comptes, en 2011, suggérait déjà ce genre de méthodes afin de limiter les abus et de rendre l’action des pompiers plus efficace. Plusieurs départements ont donc opté pour des interventions payantes à l’instar du Calvados, de l’Essonne ou encore du Puy-de-Dôme.