150 ans d’histoire


La compagnie des sapeurs-pompiers de la Ville a été créée en 1869, après plusieurs incendies, deux ans plus tôt. 150 ans plus tard, de leur mobilisation lors d’une marée noire à l’incendie de la Mère Pourcel, à Dinan, leur métier a considérablement évolué.

Les sapeurs-pompiers de Dinard ont une longue histoire dont ils vont célébrer, samedi 13 juillet, les 150 ans. Stéphane Boutaudon, chef du centre de secours, et Anthony Berthelin, président de l’Amicale des sapeurs-pompiers, se sont plongés dans les archives de la ville et de l’association Histoire et patrimoine en s’appuyant sur le travail réalisé par Henri Fermin pour les 120 ans.

 

Les sapeurs-pompiers ont officiellement été fondés, dans la commune, en 1869, après plusieurs incendies dans la station naissante en 1867. Une première tentative de créer une compagnie de sapeurs-pompiers avait été avortée, faute de fonds, en 1868. L’aide de familles dinardaises fortunées avait alors comblé ce manque d’argent.


Des chevaux réquisitionnés


« Jusqu’en 1969, les pompiers traversaient la Rance avec leur matériel et ils réquisitionnaient des chevaux pour tracter la pompe à bras jusqu’au site où avait lieu l’incendie », raconte le chef du centre de secours. « Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les pompiers étaient prévenus par le tocsin. Un plan d’organisation était mis en place dans chaque quartier. Ils disposaient d’une pompe à bras tirée par les hommes ou tractée par les chevaux ».

La compagnie a changé à plusieurs reprises de local. À leur création, ils occupent la villa Eugénie avant d’obtenir un local dans la rue des Écoles, en 1874. En 1930, ils s’installent place Rochaïd où une « tour de séchage, réclamée dès les années 1930, est finalement construite à l’emplacement actuel de la Poste ». En 1967, le centre de secours prend ses quartiers rue de Trois frères Julien, dans les ateliers municipaux, avant la construction du site Ludovic-Martin inauguré en 2011.


De l’hôtel des terrasses à la Mère Pourcel


Plusieurs moments de tragiques ou de changement ont marqué leur histoire. En 1900, un incendie ravage l’hôtel des terrasses. Seize ans plus tard, c’est au cinéma Le Palace qu’ils interviennent. Plus récemment, ils sont intervenus en renfort pour l’incendie de la Mère Pourcel, à Dinan. Ils ne sont pas mobilisés que pour les incendies. En 1929, il y a des inondations spectaculaires et, en 1978, ils ont fait face à la marée noire de l’Amoco Cadiz.

 

Certains noms sont aussi restés, comme celui d’Eugène Léfondré qui a œuvré à la modernisation du matériel après-guerre, ou Édouard Hus qui réclamait que les réseaux d’eau potable soient redimensionnés avec des prises d’eau adaptées pour les pompiers. Ainsi, en 1925, 17 bouches à incendie sont installées et une échelle aérienne en bois de 18 m est acquise.

En 150 ans, leurs interventions se sont diversifiées et ont augmenté. En 1960, les pompiers ont réalisé 32 interventions ; 444 en 1972 ; 1 400 en 2014 et plus de 2 000 depuis la fusion en 2016 avec Pleurtuit.

Pratique
Fête des 150 ans des sapeurs-pompiers, samedi 13 juillet, à partir de 11 h. Défilé dans les rues. À 14 h, animations à port Breton, à 18 h, célébrations au centre Ludovic-Martin.

 
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.